Justine
par Justine mise à jour le
Partage sur

La Grappe d’Or : une nouvelle ère pour un lieu mythique

Début 2018, la mythique Grappe d’Or, sise au Cheneau-de-Bourg 3, a fait peau neuve. Laurent Bigler et Théotime Bioret nous emmènent en voyage le long de l’Arc Alpin ! Pose tes bagages, détends-toi au coin du feu, savoure la gourmandise.

La Grappe d’Or, un mythe vieux de plus de 50 ans.

A l’origine, c’était une rôtisserie familiale. Pour preuve, l’imposante cheminée aux peintures rupestres qui trône au centre du restaurant. Par la suite, la Grappe gagna en prestige avec un chef étoilé aux commandes, avant de passer aux mains du Lausanne Palace, qui en fit un restaurant italien chicos. Ce sont les prémices de l’épopée italienne, confirmée un temps par le chef Fausto Giorgetti. Aujourd’hui, ce sont Théotime Bioret (ex-associé du Cinq) et Laurent Bigler (patron depuis douze ans du Great Escape) qui nous invitent à (re)découvrir la cuisine du Nord de l’Italie et de notre beau pays, la Suisse.

© Marie-Lou Dumauthioz

Le feu sans l’artifice

L’âme de la rôtisserie est toujours présente, non plus dans la cheminée majestueuse, désormais purement récréative, mais en cuisine. Mais c’est la gourmandise, la simplicité et la générosité de la cuisine du Nord de l’Italie qui prennent le dessus. Laurent Bigler, le gérant, est éperdument épris des traditions gustatives de la Vénétie. Ainsi, avec le chef Théotime Bioret, il déclare son amour de cette région midi et soir avec une carte simple, des produits frais, de saison, le tout fait maison. Une « cuisine du passé » selon ses dires, sans artifices.

© Marie-Lou Dumauthioz

Avec la foultitude de restaurants italiens du Sud sur la place lausannoise, c’est tout naturellement qu’il a renoncé à se frotter à la concurrence et a cherché à apporter de la nouveauté en ville. Un brin volage, il invite à la carte le Piémont et la Ligurie… sans oublier la Suisse. A partir de septembre, un festin d’émincé à la zurichoise, de polenta, de lapin à la tessinoise se jouera dans la brasserie helvétique à l’étage. Amateurs de pasta fresca, de bonnes chairs et de bons vins, voici ta nouvelle adresse des jours de fête.

Trois heures d’arrêt en gare du Cheneau-de-Bourg

© Marie-Lou Dumauthioz

Si elle se garde bien d’être un restaurant chic, La Grappe d’Or reste un endroit où prendre son temps, savourer le fonds de son assiette et profiter du cadre enchanteur. En effet, les banquettes rouges historiques ont été conservées mais le reste de lieux a été restauré et rénové pour moderniser sans dénaturer. Un authentique panneau vous indique les horaires en gare de Vicenza, des luminaires made in Venezia tamisent votre soirée, des tables bien espacées assurent le respect de votre intimité. Modeste, Laurent Bigler dit de son restaurant qu’il est « joli ». Mais l’inscription qui orne la porte d’entrée, « La Grande Bellezza » (La grande beauté), hommage au sublime film de Paolo Sorrentino, par leur prédécesseur, cinéphile inconditionnel, en dit long sur cet endroit.

C’est dans le vieux pots qu’on fait les meilleures pâtes.