Céline
par Céline mise à jour le
Partage sur

Au coeur de l’OCL, l’Orchestre de Chambre de Lausanne

Chouquette, aujourd’hui, on va parler de musique classique ! La musique est la langue des émotions a dit Kant, alors laisse-nous t’emmener dans l’univers de L’Orchestre de Chambre de Lausanne, l’OCL, fondé en 1942 par le violoniste Victor Desarzens.

L‘un des orchestres les plus demandés d’Europe.

Tu connais bien sûr la salle Métropole de Lausanne, son décor Art Déco lui donne un certain charme un peu désuet, son acoustique hors pair et sa polyvalence lui permet d’accueillir depuis des décennies toutes sortes d’artistes, spectacles et comédiens. L’OCL y est résident, mais il est régulièrement hôte de la fosse de l’Opéra de Lausanne et collabore avec plusieurs partenaires. Pour la saison 2016/2017, il se produira entre autres à Rome, Budapest et Vienne.

Salle Metropole

L’orchestre est composé de musiciens exceptionnels et a toujours su attirer les baguettes les plus intéressantes.
Justement, un vent nouveau souffle sur l’OCL depuis 2015, avec l’arrivée du jeune et prometteur directeur artistique américain Joshua Weilerstein qui, au-delà de son expérience internationale extraordinaire et les prix remportés du haut de ses 29 ans, souhaite développer de nouvelles expériences avec le public.

Il aime créer un lien entre les musiciens et le public, impliquer activement le public dans l’écoute de la musique. Joshua aime échanger , il apprécie s’adresser au public pour expliquer le déroulement de la soirée avant le début du concert et les rencontrer avant ou après la représentation. On salue son apprentissage rapide de la langue de Molière et avec ce genre d’intervention en amont, en plus de t’aider à comprendre le voyage dans lequel l’OCL est sur le point de t’embarquer, une relation intime se noue avec l’orchestre qui a parfois cette image un peu froide et distante pour les moins initiés d’entre nous.

Au coeur de la répétition

Une envie de toucher un public plus large

Au-delà de créer une certaine proximité entre l’OCL et les amateurs de musique, il tient à coeur à Joshua de démocratiser la musique en proposant une programmation qui saura séduire un très large public, alliant de grandes œuvres du répertoire et compositeurs contemporains. Depuis sa nomination, l’équipe de l’OCL et lui-même mettent également tout en oeuvre pour initier la musique aux enfants dès leur plus jeune âge.

Ce n’est pas chouette ça ?  Profiter de moments plaisants avec tes enfants/neveux/filleules en leur faisant découvrir la beauté de la musique classique auprès de concerts appropriés pour différents âges et ponctués d’interventions diverses. On applaudit cette approche pédagogique et vivante de la musique classique. Cette volonté d’ouverture s’incarne à travers la mise en place de concerts dédiés au jeune public, d’activités et de propositions conçues pour les écoles.

Chouquette, on a une surprise pour toi,  allons à la rencontre deux personnes qui font partie de cet orchestre.

Joshua Weilerstein

Joshua Weilerstein, directeur artistique, chef d’orchestre.

Originaire des Etats-Unis, en plus de son pays natal, Joshua a travaillé dans plusieurs pays d’Europe avant d’être invité à devenir le nouveau directeur artistique de l’OCL en juillet 2015.

– Quel est votre premier souvenir  de votre arrivée en Suisse?
La montée du Petit-Chêne jusqu’à mon hôtel qui n’était pas facile avec ma valise. Le fait qu’on puisse avoir une vue sur le lac depuis presque partout à Lausanne est quelque chose qui me fascine.

–  En quoi est-ce que le public lausannois est différent du public américain par exemple?
Son enthousiasme, sa chaleur. Des « standings ovations » presque systématiques, alors qu’à New York, les concerts se terminent plus souvent par des « standing évacuations », car les gens sont pressés de trouver un taxi et de rentrer chez eux. *rires*

–  Et diriger un orchestre de chambre, en quoi est-ce différent d’un orchestre symphonique?
Etant de moins grande taille, l’orchestre de chambre se compose d’un plus petit nombre de musiciens (maximum 30) que dans un orchestre symphonique (en moyenne 80). Les musiciens ne peuvent pas se cacher ou simplement exécuter les morceaux sans exceller à chaque fois. Ce qui est extraordinaire et particulier avec l’OCL c’est qu’il y a un engagement, une passion évidente en chacun des musiciens et tous travaillent avec un professionnalisme et une rigueur impressionnante.

–  As-tu un endroit préféré à Lausanne ?
Plus qu’un endroit en particulier, j’apprécie le quartier de la Cité, je m’y étais retrouvé la première fois après m’être perdu et j’ai adoré le fait que chaque chemin t’amène à un quartier avec sa propre identité.

Ophélie OCL

Ophélie Kirch-Vadot, violoniste, tuttiste*

Ophélie est originaire d’Annecy, elle a étudié à Genève puis Fribourg et a commencé à l’OCL par des remplacements. Elle y est maintenant violoniste titulaire pour la troisième saison.

–  Pourquoi as-tu décidé de travailler pour l’OCL et comment est-ce d’y être une musicienne titulaire?
L’OCL est reconnu au niveau européen et j’avais pour habitudes d’aller l’écouter pendant mes études à Genève, lorsqu’ils jouaient au Victoria Hall. J’ai débuté en tant que remplaçante et j’ai tout de suite aimé l’ambiance chaleureuse, l’accueil, le fait qu’il n’y ait aucune différence de traitement entre les musiciens, que l’on soit remplaçant ou titulaire. Il y a un véritable esprit de famille. Les musiciens s’investissent, ils ont la passion et l’amour de la musique. Nous nous respectons, aimons jouer ensemble et j’aime penser que cela se ressent à chaque concert.

–  Qu’est-ce qui est important pour toi lorsque tu joues, que ressens-tu lors d’un concert?
Il est important pour moi d’avoir du plaisir lorsque je joue et de transmettre ce plaisir musicalement. Un bon concert pour moi, c’est la satisfaction d’avoir réussi à faire passer des émotions.

–  As-tu un endroit préféré à Lausanne ?
Plus une impression générale qu’un endroit préféré. J’adore le fait qu’on puisse faire le tour de la ville à pied et cette vue presque constante sur le lac fait de Lausanne une ville vraiment charmante.

Les musiciens attendent le chef d'orchestre pour commencer le concert. Rappel de la virtuose Tabea Zimmermann, Alto, en fin de concert
Les musiciens attendent le chef d’orchestre pour commencer le concert. Rappel de la virtuose Tabea Zimmermann, Alto, en fin de concert

Allez Chouquette, enfile ta plus belle robe (chemise pour les Choux) et emmène-la à un concert de l’Orchestre de Chambre de Lausanne qui t’aidera à découvrir son art sous un nouvel angle.
Finis les clichés ! pas besoin d’être un expert en musique classique ou virtuose du piano, laisse-toi simplement emporter par les créations des musiciens et leur chef d’orchestre.

Joshua Weilerstein échange volontiers via Facebook avec son public pour discuter du futur de la musique classique ou encore de l’expérience du concert.

*qui fait partie d’un ensemble, par opposition à soliste.